Les fondations, en béton bien-sûr

Les fondations, en béton bien-sûr

Bois et matériaux

Tagline

  Les fondations d'un bâtiment, ou d'un mur, quelle que soit sa destination, servent à stabiliser le sol et à…

Terrasse, cour ou jardin, réalisez votre cocon de bien-être !

Terrasse, cour ou jardin, réalisez votre cocon de bien-être !

Parcs et Jardins & Equipement

Tagline

Eau, lumière, intimité... trois ingrédients fondamentaux dans la réussite de création d'un merveilleux espace à vivre extérieur. Profiter d’un espace…

Toitures automatisées de terrasse, pour se protéger comme on veut

Toitures automatisées de terrasse, pour se protéger comme on veut

Parcs et Jardins & Equipement

Tagline

Espaces de vie extérieur, les terrasses peuvent être abritées du voisinage, du vent, de la pluie et du soleil pour…

l'acier Corten

l'acier Corten

Bois et matériaux

Tagline

Issu de la métallurgie, le matériau est un acier enrichi principalement au cuivre,  au phosphore, au nickel et au chrome.…

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2011 JoomlaWorks Ltd.

Les fondations, en béton bien-sûr

 

fondations

Les fondations d'un bâtiment, ou d'un mur, quelle que soit sa destination, servent à stabiliser le sol et à répartir la charge (le poids du bâtiment). Le béton résistant particulièrement bien à la compression s'est imposé comme matériau incontournable.
Puisque les fondations sont la base du bâtiment, leur mise en œuvre doit être irréprochable. Tout est réparable dans un bâtiment, sauf les fondations. Si la brique de parement ou le carrelage se fissure, inquiétez-vous des mouvements du bâtiment, et donc de la portance et de la stabilité des fondations.
Les techniques s'adaptent avant tout à la qualité du sol
La fondation (ou les fondations) est donc déterminé non seulement par le bâtiment qu'elle va soutenir, mais aussi par la structure du sol. En Ardenne particulièrement, la roche affleure, on est donc très vite posé sur « le bon sol ». Il est donc exceptionnel d'utiliser des pieux (trous forés profondément, coulés au béton et reliés entre eux par une tranchée coulée également ou équipée d'un élément préfabriqué : la poutre longrine). La semelle flottante, sans tranchées peut être utilisée sur des sols très meubles (endroits très humides), ou sujets aux risques de séisme.


La fondation classique chez nous est soit :
- la semelle filante, appelée aussi fondation directe. C'est la classique tranchée coulée de béton sur laquelle on monte les murs porteurs ;
- le radier, où la chape de fond est coulée en même temps que les tranchées.
Pour un bâtiment de quelque importance, l'architecte confie une étude de sol à un bureau d'études. Celui-ci déterminera la profondeur et la largeur nécessaires pour porter le poids du bâtiment sur le sol étudié. Dans tous les cas, il est capital de descendre « hors gel », à 80 cm au moins.
Pour exécuter un bon travail, les tranchées de fondation (ou fouilles) doivent être propres et les bords nets, afin d'éviter les éboulements.

Les conditions climatiques lors de la réalisation des travaux sont donc très importantes. Il faut éviter la boue et le gel qui feraient s'effriter les bords de la tranchée.
Le fond de la tranchée ne doit pas être remué et surtout pas remblayé, même en partie, par de la terre qui se tasserait sous le béton de la tranchée. S'il fallait, comme ça arrive assez souvent dans nos régions, creuser plus bas par endroits lorsqu'on découvre un espace de terrain plus meuble (une « panse de vache »), il est impératif de remblayer au béton stabilisé (150 kg/ de béton au m3). Idéalement, dès que les fouilles sont terminées, un béton de propreté de plus ou moins 5 cm devrait être posé. Il empêcherait qu'une importante averse (grêle) ne fragilise le fond de la tranchée, et permettrait de nettoyer facilement un éventuel éboulement des flancs de la fouille.
Sur un terrain en pente, il faut toujours terrasser en escaliers. Le fond de la tranchée doit toujours être horizontal. Si le terrassement suit la pente du terrain, vous fabriquez un magnifique toboggan à votre construction qui risque de glisser vers le bas. Vous n'irez sans doute pas jusqu'à récupérer votre construction sur le terrain du voisin, mais un léger déplacement est suffisant pour provoquer des fentes à votre œuvre.

Le tracé :
Pour la solidité de la construction et le confort de montage, on compte que les fondations doivent être au moins 20 cm plus larges que la structure à placer dessus (10 cm à l'intérieur et 10 cm à l'extérieur des semelles filantes). Il est évident que la précision du tracé est absolument capitale, gare au corps de métier qui devra placer un bâtiment sur des fondations qui ne sont pas d'équerre.

Faut-il coffrer ?
La partie affleurante d'un radier peut être coffrée. Les semelles filantes sont rarement coffrées car il est souvent plus économique de couler un peu plus de béton que de passer du temps à coffrer, coffrage qui sera de toute façon perdu. Parfois si un sol s'est montré trop meuble par endroits (humidité par exemple), on peut coffrer les bords. Il existe d'ailleurs des coffrages drainants préfabriqués.

Les canalisations, la boucle de terre
A ne pas oublier évidemment, prévoir le passage des réseaux entrants (eau, …) et sortants (eaux usées…). La boucle de terre est placée SOUS les fondations dans les bâtiments neuf. C'est la mise à la terre de la future installation électrique. Comme son nom l'indique, elle doit ceinturer le bâtiment sans être en contact avec les semelles. Elle est donc enfouie au centre des tranchées, un peu plus bas, dans un fin sillon qui sera ensuite remblayé. Ce sillon doit évidemment être le plus fin possible de manière à ce que la couverture de celui-ci ne fragilise pas le fond de la fouille. Les extrémités de la boucle se rejoignent et sortent largement à l'extérieur afin que l'électricien puisse les utiliser.

fondations radier


Le radier, avec les sorties des gaines pour l'eau, l'électricité, le téléphone etc..




Faut-il armer ?
Oui. Si dans le cas d'un léger mur rectiligne de soutènement, les armatures de barres à béton peuvent être considérées comme une simple sécurité , elles sont indispensables dans les semelles filantes.
Les semelles d'un bâtiment comportent au moins les quatre tranchées de périmètre, plus les éventuelles tranchées sous les murs porteurs. Il  est impératif de solidariser entre elles les différentes tranchées. La chape du radier sera armée de paillasse à béton.
Les armatures (barres, paillasses ou éventuellement armatures préfabriquées) doivent parfaitement être emprisonnées dans le béton où elles se garderont au moins aussi longtemps que le béton lui-même. Si elles entrent en contact avec la terre, elles vont très vite rouiller, se dégrader jusqu'à l'intérieur de la semelle ou du radier et ainsi, ouvrir des entrées d'eau à l'intérieur du béton. Le gel fera le reste.

 

Couler le béton.
Un mur de 5 mètres  de long requiert à peu près 2.5 m3 de béton (5 m x 80 cm x 60 cm de large). Cela représente entre 15 et 20 bétonnières de 140 l. et autant de courses à la brouette…
Un mur de 10 mètres vous demandera la journée.  Le choix entre utiliser du béton fait maison et se faire livrer un malaxeur relève du temps dont vous disposez et de la bonne santé de votre dos. Vous pouvez en outre, charger votre propre remorque dans la plupart des centrales à béton. Attention à votre remorque, le béton pèse 2600 kg/m3.
Si vous commandez par mixer, veillez à l'accès, le camion fait aussi un certain poids et ne peut se déplacer sur n'importe que terrain. Il est souvent équipé d'une pompe qui permet de décharger à distance, mais alors, le coût commence à grimper.
Fait à la bétonnière, il est souvent difficile d'apprécier la richesse du béton si on n'a pas l'habitude. Un bon béton  ne doit pas comporter plus 400 kg de ciment au mètre cube. Plutôt que de le renforcer, un béton trop riche est plus cassant. La norme est entre 250 et 350 kg.
fondations tranchees
Il est utile de placer une membrane étanche sous un radier, afin d'éviter que l'humidité ascensionnelle ne remonte du sol, mais aussi pour que la laitance du béton ne s'écoule pas dans le matériau de coffrage ou la terre sous le radier.
La finition du béton de fondation doit être plane et horizontale : « de niveau ». Ce qui simplifiera grandement la pose des premiers éléments de la structure. Si avec un mur maçonné, on peut plus ou moins rapidement corriger un hors niveau en jouant sur l'épaisseur des joints, c'est beaucoup plus compliqué avec des blocs en béton cellulaire ou une ossature bois.
 


De belles tranchées, des bords nets et un béton de propreté installé.

 Fr. Rion avril 2014


 


Lire aussi :

 Sans le béton, pas de construction

 Les pavés drainants en béton

 

Aller au haut