Les fondations, en béton bien-sûr

Les fondations, en béton bien-sûr

Bois et matériaux

Tagline

  Les fondations d'un bâtiment, ou d'un mur, quelle que soit sa destination, servent à stabiliser le sol et à…

Terrasse, cour ou jardin, réalisez votre cocon de bien-être !

Terrasse, cour ou jardin, réalisez votre cocon de bien-être !

Parcs et Jardins & Equipement

Tagline

Eau, lumière, intimité... trois ingrédients fondamentaux dans la réussite de création d'un merveilleux espace à vivre extérieur. Profiter d’un espace…

Toitures automatisées de terrasse, pour se protéger comme on veut

Toitures automatisées de terrasse, pour se protéger comme on veut

Parcs et Jardins & Equipement

Tagline

Espaces de vie extérieur, les terrasses peuvent être abritées du voisinage, du vent, de la pluie et du soleil pour…

l'acier Corten

l'acier Corten

Bois et matériaux

Tagline

Issu de la métallurgie, le matériau est un acier enrichi principalement au cuivre,  au phosphore, au nickel et au chrome.…

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2011 JoomlaWorks Ltd.

Entretenir les gouttières, réparer et boucher les petites fuites

L'entretien des chenaux permet de garder une maison saine. La réparation des petits trous est aussi indispensable. Comment faire ? Suivez nos conseils.

L’équipement des maisons et bâtiment en gouttières (ou chenaux) permet de protéger murs, portes, fenêtres des eaux de pluie, et de limiter les éclaboussures de terre et poussières humides qui salissent les bas de mur et favorisent leur dégradation. Élément de confort aussi puisque les gouttières protègent le passant. De plus, canaliser les eaux pluviales des toitures par des gouttières facilite le ressuiement des sols et revêtement des allées et terrasses.
Pourtant, même très bien posées, ces collecteurs d’eau restent des systèmes fragiles qui nécessitent des entretiens courants et des réparations immédiates à la moindre fuite.

Au paradis des moustiques !
Peu de gens le savent ou y prêtent attention, les gouttières deviennent facilement de véritables milieux de vie pour des insectes et des plantes. Le moindre fléchissement du système, sur sa longueur permet de conserver des poches d’eau tout à fait propices au développement des larves de moustique qui s’y développent très vite et pullulent
Feuilles et autres débris s’accumulent et, avec l’humidité, se transforment en terreau, parfait pour la germination des graines. La gouttière devient un paradis pour de nombreuses plantules qui retiennent solidement les débris accumulés. Les chenaux s’obstruent complètement.
Ailleurs, à l’ombre, ce sont les mousses qui colonisent les gouttières et retiennent tous les petits débris. Vous l’aurez compris, la nature cherche sans cesse à coloniser ces milieux. Sans entretien, c’est tout le système d’écoulement des eaux pluviales qui se bouche.

feuilles-corniche 


Le ciel est gris, les feuilles jaunissentet comblent les gouttières.
Lee feuilles humides de tilleul forment vite une espèce de boue compacte.
 


 

Le contrôle des gouttières varie suivant le contexte
Cuivre, zinc, aluminium, terre cuite vernissée ou PVC, les gouttières et descentes restent des installations coûteuses qu’il faut préserver. Selon les régions, l’environnement immédiat et la météo du moment, il faut de un à trois contrôles par an. En condition peu venteuse, pluvieuse, et en l’absence de végétation aux abords des toits, un contrôle en automne suffit. En présence d’arbres, et avec alternance de période sèches et de pluies, deux à trois contrôles annuels s’imposent : début et fin d’automne, fin d’hiver ou printemps.
Attention : la présence de certains arbres à proximité des toitures imposent une vigilance toute particulière. Les aiguilles des pins sont redoutables et se coincent très facilement, formant vite de vrais bouchons ; pareil avec les feuilles humides de platane, d’érable ou de tilleul.
Le type de toiture influe sur les chenaux. Les toits en bardeaux bitumineux libèrent de petits granulats qui forment une sorte de boue dans la gouttière. Les tuiles canal retiennent les débris végétaux qui glissent dans les chenaux aux premières pluies. Les toits en ardoises facilitent le développement des mousses et lichens qui, se détachant, viennent colmater les écoulements.

reparer soudure de chenal 



La rupture de ce "bac ardennais" en zinc demande une intervention délicate. Une soudure ou un raccord souple exigent un savoir-faire professionnel. 

 


 

Le nécessaire entretien courant des gouttières
Cette opération se réalise dans des conditions de sécurité optimale et à faible hauteur du sol. Pour les toitures élevées et celles en situation dangereuse (terrain de pente, proximité de route, câbles électriques…) l’intervention d’une entreprise spécialisée est indispensable.
Sortir tous les débris (feuilles, aiguilles, graines, branchettes, mousse, etc.) qui encombrent la gouttière et le sable ou la terre qui colmatent le fond. Aux endroits ou l’eau s’accumule, redresser les pattes de fixation afin de permettre un écoulement correct. Si le réglage de la hauteur des pattes s’avére nécessaire, le réaliser avec un niveau à bulle placé en fond de gouttière puis en desserrant, réglant et resserrant les boulons ou les vis. Logiquement et classiquement une pente de 1cm par mètre est suffisante pour retrouver un bon écoulement.
Une fois désencombrée et redressée, les gouttières sont lavées au jet d'arrosage. Le nettoyeur à haute pression est utile en cas de présence de boue fine et sèche collée au fond des gouttières, ou d’algues qui forment une pellicule sur les matériaux (surtout sur les PVC).
Vérifier les crapaudines (système empêchant les feuilles mortes, aiguilles et branches de partir dans les descentes de gouttière). En équiper l’entrée des descentes s’il n’y en a pas. Finir la vérification au sol : ouvrir et nettoyer les regards d'évacuation à la base de chaque descente.

Réparer une petite fuite sur une gouttière en zinc ou en PVC
Procéder à la réparation de petits trous qui apparaissent sur les gouttières en PVC ou en zinc, sans avoir à changer une portion de gouttière, est facile. À faire par temps secs (au moins 24h).
1.    Nettoyer la portion de gouttière où est présente la fuite, sur les deux faces, et sur une surface débordant de 5 à 10 cm autour de la zone de fuite. Passer un chiffon imbibé d’un peu d’alcool à bruler pour dégraisser puis bien sécher la zone.
2.    Pour réparer un tout petit trou : utiliser une toile de verre enduite de mastic. Avec un couteau de peintre, enduire généreusement l’intérieur de la gouttière sur toute la zone nettoyée et bien lisser le tout. Découper une large bande de toile de verre. La déposer sur la surface enduite de mastic et la tapoter pour lui faire prendre l’arrondi de la gouttière et améliorer son adhérence. Recouvrir avec une nouvelle couche de mastic. Lisser et laisser sécher.
3.    Pour réparer un trou un peu plus gros : réaliser l’application de couches de bitume de couverture. Avec un pinceau plat, appliquez une première couche de produit légèrement dilué, d’avant en arrière, en recouvrant une large zone autour du trou. Après séchage, passer grassement une seconde couche, non diluée.


Attention : en cas de fente ou de trous plus gros, il est préférable de supprimer largement tout le tronçon abîmé et de le remplacer par un chenal neuf, collé s’il s’agit de PVC, ou soudé s’il s’agit de zinc. Cette opération, rapide mais plus délicate, peut être confiée à un professionnel.

Jean-Luc Mercier - auteur rédacteur spécialiste maison jardin déco
Octobre 2014
 

 

     

Aller au haut