Home Actualités Extérieur L’allée de jardin sous les spotlights

L’allée de jardin sous les spotlights

PUB
Besoin de plus de visibilité sur Home Ardenne ? Découvrez nos solutions !
Vous avez besoin d'un devis pour rénover votre maison ? Trouvez la bonne entreprise
L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

Devant ou derrière la maison, parfois même sur les côtés, l’allée de jardin est autant un atout design qu’une nécessité pour le confort d’utilisation. En effet, utilisées dans les grands jardins pour relier la maison avec la piscine, le potager ou encore les fils à linge, elles remplissent une véritable fonction tout en ajoutant un charme en plus à votre jardin.

L’allée principale VS les allées secondaires

La première chose à faire est de délimiter la fonction de l’allée et son importance. Est-ce une allée principale sur laquelle il faut que la voiture puisse se garer ou sur laquelle vous risquez de faire passer une brouette ? Ou est-ce seulement une allée qui a un but décoratif et que vous n’utiliserez que de temps en temps pour atteindre les confins de votre jardins ?

Cette distinction est importante, car il faut que l’allée principale qui mène à la maison soit fonctionnelle en priorité. On choisira donc des matériaux qui permettent une utilisation aisée.
Cependant, certaines allées secondaires doivent permettre aussi une sécurité maximale. Il n’est pas question de devoir réfléchir à l’endroit où on peut poser ses pieds lorsque l’on porte une manne de linge propre. De même, l’allée qui mène à la piscine se doit d’être dans un matériau qui n’est pas glissant pour éviter les chutes, surtout lorsque l’on a des enfants qui vont courir dessus. Ainsi, on gardera la fantaisie pour les allées plus secondaires, où l’on ne va pas marcher souvent ou bien qui ne sont là que pour décorer.

Cependant, l’esthétique de l’allée ne doit pas être négligée pour la cause. Il faut donc trouver un juste milieu entre beauté et fonctionnalité. De ce fait, on conseille de rappeler les tons de la maison dans l’allée qui sera proche de la maison. Cela permettra de faire une transition en douceur entre le jardin et la construction. Plus on s’éloignera, plus le matériau dans lequel l’allée a été construite pourra devenir différent.

L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

L’allée carrossable

Cette allée est celle sur laquelle la voiture, ou tout autre véhicule, doit pouvoir se garer et donc circuler. Il faut donc qu’elle soit assez solide et résistante dans le temps pour que l’investissement ne soit pas à refaire tous les ans. De même, la largeur devra être de minimum trois mètres (mais on peut aisément monter à quatre mètres cinquante) pour que le véhicule puisse facilement se garer dessus.

Pour que la solidité soit au rendez-vous, on va placer un “fond de forme”. C’est-à-dire une fondation qui peut être en béton ou en GRH : Grave Reconstituée et Humidifiée. Ensuite, on placera le revêtement par dessus pour que l’esthétique soit au rendez-vous.
Cette allée se termine souvent en allée piétonne qui rejoint la porte de la maison. Puisque c’est l’une des premières impressions que l’on a de la maison, il faut qu’elle aussi, elle allie praticité, résistance et esthétique.

L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

Quelles solutions sont présentes sur le marché ?

Faire placer une allée nécessite que l’on détermine un budget que l’on va pouvoir injecter dans le projet. Dans la réalité du terrain, c’est lui qui va faire pencher la balance vers un matériaux ou vers un autre, mais il faut quand même parfois faire des concessions pour que le résultat soit qualitatif. Nous avons recensé différentes solutions qu’il est possible de placer dans votre jardin ou autour de la maison.

Le pas japonais à la une

Qu’est-ce que c’est ? Le pas japonais, c’est un chemin constitué de plusieurs dalles qui ne sont pas reliées entre elles. Idéalement, elles sont placée de façon à ce que la marche soit naturelle, sans que l’espacement ne nous oblige à allonger ou rétrécir le pas. Ce chemin procure une élégance naturelle au jardin grâce à sa simplicité et son irrégularité.
Les dalles peuvent être en bois, en pierre, mais aussi en ardoise ou en béton. Les formes pourront varier selon vos envies, mais elles sont traditionnellement ronde ou rectangle.

De manière générale, elles sont plus adaptées aux allées secondaires dans le jardin qu’à l’allée principale que l’on va utiliser tous les jours en allant ou en rentrant du boulot.

Comment le placer soi-même ?

La première étape est de tracer le chemin sur lequel on va placer le pas japonais.Si vous désirez que le chemin intègre une courbe, vous pouvez faire cela simplement : un simple tuyau d’arrosage sera suffisant. Ainsi, vous n’avez qu’à le placer à terre au début et à la fin du chemin, et regardez comment la courbe se construit. Si cela ne vous convient pas, vous pouvez toujours l’adapter à votre guise.

Pour un résultat optimal, on va déposer les dalles avec un espacement de maximum quarante centimètres. On prend un peu de recul pour avoir une vue d’ensemble et on modifie si besoin en est.
Une fois que l’emplacement vous plait, on va délimiter la place de chaque dalle en utilisant un fer de bêche ou une truelle. On appelle cette opération le décaissement. Il va falloir creuser sous la dalle sur environ cinq centimètres, épaisseur de la dalle non comprise. Ces centimètres sont prévu pour pouvoir y mettre un lit de sable et de gravier qui permettra aux dalles d’être placées durablement. On conseille aussi de mettre un feutre géotextile sous les dalles et sous le lit de gravier pour éviter que l’herbe ou les mauvaises plantes repoussent par en-dessous.

Ensuite, vous pouvez poser du gravier tout autour du chemin pour l’esthétisme. Cependant, dans le cas où les dalles sont simplement placées dans l’herbe, il faut bien s’assurer que le pas japonais soit à la même hauteur que le reste de la pelouse pour qu’on puisse passer la tondeuse sans aucun problème.

Quel budget pour le pas japonais ?

Indépendamment de la question de la taille de l’allée, le pas japonais peut représenter une solution low cost pour un ménage. En effet, en fonction du type de dalle que vous choisissez, vous pouvez en trouver dès cinq euros pièces mais cela peut monter jusqu’à trente euros en fonction du matériau et de la taille de la dalle.
il faudra également penser à acheter du sable et du gravier, mais cela n’est pas un investissement conséquent.

L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

L’économique allée en gravier

Solution pour laquelle les ménages optent souvent, le gravier a le vent en poupe grâce à son prix peu élevé. En effet, on compte que cela coûte entre 50 et 70 euros par mètre carré. On est donc loin des budget faramineux lorsque l’on fait placer des pavés ou du goudron. De plus, cette solution a pour avantage de pouvoir servir d’allée principale et d’allée carrossable. C’est donc très économe.

En plus, les options ne sont pas limitées car il existe plusieurs couleurs de gravier sur le marché. Il y a donc toujours moyen de trouver un type de gravier qui se marie parfaitement à la maison-même.

Et pour le placer soi-même ?

La première étape est de creuser sur maximum trente centimètre pour permettre aux graviers d’avoir un endroit où se répartir. Ensuite, il va falloir s’assurer que le sol est compacté et surtout plat : si ce n’est pas le cas, une condition physique au top sera nécessaire pour tout faire soi-même car il va falloir remettre du compacté et du sable. Après cela, on va placer une bâche en plastique ou un feutre géotextile pour que les mauvaises herbes ne puissent pas pousser. Enfin, c’est simple : il suffit d’encore un peu d’huile de coude ! Il suffira de verser le gravier à l’endroit souhaité et de ratisser jusqu’à avoir un résultat qui nous satisfait lorsqu’il n’y a plus de bosses.

L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

Les dalles stabilisatrices

Si la solution du gravier est très économique, sa praticité peut varier en fonction des conditions climatiques ou même des chaussures que l’on porte. En effet, les graviers libres ne vont pas permettre la marche aisée lorsque l’on met des talons aiguilles, par exemple. Ils vont aussi avoir tendance à bouger et à créer des rigoles à chaque fois que l’on va déplacer la voiture. C’est pour cela que l’on peut trouver des dalles stabilisatrices. Elles sont constituées d’un fond en film géotextile et d’alvéole en formes hexagonales. Cela permet donc de stabiliser le gravier tout en empêchant les mauvaises herbes de repousser au travers. Ces dalles offrent également un rendu solide qui permet de marcher dans les graviers facilement car ils ne bougeront plus. Cela même lorsque vous roulerez en voiture dessus !

Seuls points négatifs, cette solution coûte cher : entre douze et vingt euros le mètre carré hors taxe, et sa durée de vie n’est pas la meilleure puisqu’il faudra changer tous les dix ans à peu près.

Cependant, soyez rassuré, le prix total de cette installation restera bien moindre que celui d’une allée en goudron ou en pavé.

La tradition avec les pavés…

L’idéal pour donner un charme pittoresque à votre allée tout en permettant une utilisation intensive, les pavés sont la solution pour une allée chaleureuse et accueillante. Le plus, c’est qu’ils seront autant adapté pour une allée dans le jardin que pour une allée principale que vous utiliserez tous les jours.
Au niveau de la personnalisation, vous pourrez jouer sur la taille, la couleur, le matériau et même les différents motifs car le marché est vaste et l’offre grandissante.

Malheureusement, la pose des pavés est très compliquée, surtout si l’on veut qu’il y ait un dessin dans l’allée ou si l’on utilise différentes tailles pour un rendu plus esthétique. Il vaudra donc mieux faire appel à un professionnel pour que le résultat soit correct.

Quel budget ?

Le prix peut grandement varier en fonction de la façon de carreler et du matériau utilisé. Ainsi, plus le motif sera compliqué et lent à poser, plus le tarif sera cher. Il faut donc fonctionner aux devis pour avoir une idée précise en fonction de ce que vous désirez installer chez vous.

En effet, si l’on peut vous dire que la fourchette des prix est généralement comprise entre trente et cent-soixante euros au mètre carré, ce chiffre est à prendre avec prudence car il dépend du type de l’allée (une allée carrossable ou une allée de jardin ne représentent pas le même budget), du prix de la main d’oeuvre, et du prix du matériau.

L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

… Ou avec le bois

Pour les allées de jardin, le bois peut être un matériau très intéressant. Il amène un côté rustique, sans négliger l’élégance. Cependant, il est moins adapté pour les allées carrossables. On va donc le garder pour la terrasse et le jardin. Un raccord peut donc très facilement être fait entre les deux espaces si l’on choisit un bois de la même essence.

Il faut cependant être conscient que le bois nécessite de l’entretien tous les ans pour qu’il ne pourrisse pas et pour qu’il ne soit pas attaqué par les insectes. Il faudra donc penser à le vernir une fois de temps en temps. Autre point négatif, il peut rapidement devenir glissant par temps de pluie. Heureusement, il existe des traitements qui vont empêcher ce phénomène d’apparaître.

Dans les points positifs, on peut compter sur la durabilité et sur la facilité de placement : eh oui, vous pouvez parfaitement réaliser ce travail vous-même !

Faire son allée en bois soi-même

La première étape est de délimiter la largeur de la future allée. Pour cela, on utilise en général des piquets. Pour un confort optimal, on recommande qu’elle soit plus ou moins égale à celle d’une largeur de porte, c’est-à-dire quatre-vingt centimètres. Une fois cette largeur délimitée au début de la future allée, on la reporte à la fin de l’allée grâce à deux autres piquets, et on tend une ficelle entre le début et la fin qui symbolise les côtés du chemin. S’il y a un arrondi on va utiliser une lame souple pour qu’il soit naturel.

En deuxième lieu, on va creuser pour décaisser le chemin sur environ dix centimètres pour qu’il puisse accueillir le bois. Une fois la terre évacuée, on tasse bien celle qui reste et on tend un film géotextile pour empêcher la repousse de l’herbe sous les lattes de bois.

La troisième étape va consister à placer des plots réglables. Ces derniers vont recevoir les lambourdes qui vont eux-mêmes accueillir les planches de l’allée. Les plots vont devoir être espacés de quarante centimètres en longueur, mais aussi en largeur. Avant de placer les lambourdes, on va s’assurer qu’ils sont à niveau et les régler en conséquence grâce au mécanisme. Quand cela est fait, on place les lambourdes sur ces derniers.

Enfin, on va mettre les lattes de bois sur les lambourdes et visser sur les côtés et au milieu des planches pour que le tout tienne. En cas d’arrondi, il va falloir adapter la place des plots et des lambourdes, puis sciez les planches en conséquence.
Pour que l’espacement entre les planches soit correct, utilisez des cales lorsque vous vissez. En effet, il ne faut pas oublier que le bois travaille et change légèrement de volume avec le temps.

Pour les moins manuels, il existe des solutions plus faciles à utiliser comme des allées déroulables où les planches sont déjà liées les unes aux autres.

Le budget à prévoir

Cela dépend beaucoup de vous et de comment vous vous y prenez. Ainsi, si vous le faites vous-même, vous ne payez pas la main d’oeuvre, il faut donc juste compter le prix du bois, des lambourdes, des plots et des outils si vous ne les possédez pas encore.

Pour ce qui est du bois, sa qualité et son essence joueront un rôle essentiel dans le prix final : la fourchette de prix va donc de quinze à cent-trente euros du mètre carré. Cependant, cela peut être encore moins cher si vous utilisez du bois de palette.

L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

Le goudron pour la durabilité

Pour les allées carrossables, le goudron est une solution qu’on peut envisager. En effet, cette solution a l’avantage d’être solide, résistante et durable. On peut même le personnaliser en optant pour différentes couleurs pour que l’allée soit en harmonie avec la maison. Pour les plus créatifs, on peut même opter pour un mix de couleur qui formera un motif sur le sol.

A l’heure actuelle, il existe trois solutions pour votre allée : l’enrobé, la bicouche et la résine. Soyez cependant conscient que l’allée en bicouche est moins robuste que les autres.
Son prix varie grandement, et ici aussi il sera intéressant de demander plusieurs devis à plusieurs entreprises pour obtenir le meilleur prix. Pour plus de précision, on peut compter que l’allée en goudron coûte entre vingt et cent-dix euros du mètre carré.

L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

Le béton luminescent à l’honneur

Vous aimez l’originalité ? Alors le béton luminescent est fait pour vous ! En effet, la société Interblocs à Libramont propose la solution TagLight pour que votre allée prenne vie la nuit dans une ambiance enchanteresse. Dalles, pavés, galets ou graviers, la marque propose même des escaliers pour que toute votre allée, peu importe sa disposition, puisse bénéficier de cette lumière naturelle la nuit et vous offrir un confort visuel inédit qui pourra durer plus de dix heures !

Le mieux ? Ce matériau durable est écologique et se sert de l’énergie du rayonnement du soleil pour la restituer sous forme de lumière la nuit.
Plus d’informations sur leur site internet !

L’allée de jardin sous les spotlights » Home Ardenne

Alexandra, Home Ardenne

2087, array(1) { [0]=> string(4) "2087" }