Home Actualités Actus & tendances L’été au bord d’un étang

L’été au bord d’un étang

PUB
Besoin de plus de visibilité sur Home Ardenne ? Découvrez nos solutions !
Vous avez besoin d'un devis pour rénover votre maison ? Trouvez la bonne entreprise
L'été au bord d'un étang , guide pratique » Home Ardenne

 

Les beaux jours sont là, votre jardin fleure bon l’été, votre terrasse accueille les premiers barbecues entre amis et il ne vous manque que le léger clapotis de l’eau pour que le tableau soit complet ? Vous avez toujours rêvé d’aménager un petit étang sans jamais vous lancer ? Mais que faut-il savoir exactement avant de créer votre propre bassin d’agrément ? Découvrez nos conseils pour un été au bord de l’eau !

Un bassin dans votre jardin, un plus pour la biodiversité

Bien qu’un étang demande du travail, et engendre un certain coût (aménagement, entretien, matériel, frais fixes…), il présente pourtant de nombreux avantages.

Outre l’aspect purement esthétique et d’agrément, un étang est particulièrement intéressant pour la faune environnante à votre jardin. Non seulement il accueillera les poissons que vous aurez choisi, mais également les insectes, batraciens, reptiles, amphibiens, mammifères et oiseaux, tous apprécient une source d’eau.

Créer un étang, c’est offrir à certaines espèces en déclin un lieu propice à la reproduction, mais aussi, un lieu de baignade privilégié pour les oiseaux, et un lieu d’observation de toute la biodiversité de votre jardin.

Petit plus, la vase, riche en matière organique et en nutriments, fera un engrais particulièrement efficace et gratuit pour vos plantes.

La faune, la flore, c’est bien joli, mais et les moustiques dans tout ça ? Certes les étendues d’eau attirent généralement les moustiques, mais les poissons, grenouilles et oiseaux que votre étang va attirer sont votre meilleure arme contre ceux-ci.

L'été au bord d'un étang , guide pratique » Home Ardenne

Un étang, en pratique !

L’installation d’un étang peut poser des questions comme : “Ai-je besoin d’un permis d’urbanisme pour aménager un étang dans mon jardin ?” Vous n’en n’aurez pas besoin pour autant que votre étang ne dépasse pas les 15m² et ne nécessite pas de modification sensible du relief du sol. La même règle s’applique dans le cas des bassins mixtes comme les piscines naturelles. Dans le doute, n’hésitez pas à contacter votre commune pour de plus amples informations.

Pour creuser un étang de petite taille on utilise généralement un petit engin de terrassement, ou simplement une pelle. Ne sous-estimez toutefois pas l’ardeur de la tâche. Creuser un étang à la main n’est pas une partie de plaisir, bien que parfois certains trouvent cela plus gratifiant.
Il faudra également veiller à ce que votre étang ait une profondeur suffisante et, préférablement, une certaine variation de profondeur. La profondeur minimale de votre étang doit être de 80cm, mais mieux vaut prévoir un endroit un peu plus profond. En effet, c’est là que vos poissons seront protégés du gel en hiver et qu’ils pourront se réfugier dans une eau plus fraîche pendant les grandes chaleurs.

Quant à la qualité de l’eau, vous devrez prendre en compte différents paramètres, à tester régulièrement voire à équilibrer à l’aide de produits adéquats. Le PH (idéalement entre 6 et 8.5), la dureté de carbonate (KH), la dureté globale (GH, idéalement de 3°), la teneur en fer, en nitrate, phosphate, nitrites, ammoniac, cuivre et métaux lourds sont donc à surveiller attentivement.
Filtres, pompes, lampes UV, aérateurs, demandez conseil pour acquérir le matériel adéquat aux spécificités de votre étang.

L'été au bord d'un étang , guide pratique » Home Ardenne

Les petits poissons dans l’eau…

On l’imagine aisément, le premier attrait d’un étang dans votre jardin, c’est d’y voir évoluer de jolis poissons colorés. Mais vers quelles espèces vous diriger ? On vous dit tout !

Si vous souhaitez faire cohabiter plusieurs espèces, assurez-vous d’abord qu’elles s’entendent. Aussi, tous les poissons n’ont pas le même mode de vie, certains préfèrent vivre en bancs, d’autres pas, leurs besoins en termes d’espaces ne sont pas toujours les mêmes non plus.

Dans les espèces les plus couramment introduites en bassins, les carpes Koï sont sans doute les plus tendances ces dernières années. Elles ont l’avantage de s’entendre généralement bien avec les autres espèces et de venir assez facilement au contact de l’homme. Dans des conditions optimales les Koï peuvent vivre longtemps (jusqu’à 35 ans !) et atteindre des tailles tout à fait imposantes.

Parmi les habitués des bassins, nous pouvons aussi citer les non moins célèbres poissons rouges (Carassius auratus) qui vous séduiront par leurs nombreuses variétés et leur facilité d’adaptation. La Carpe herbivore (Ctenopharyngodon idella) quant à elle, est à introduire avec prudence. Si votre étang est régulièrement envahi d’algues filamenteuses, elle sera votre meilleure amie. En revanche, vorace, elle pourrait aussi s’attaquer à vos jolies plantes aquatiques et il est interdit de l’introduire en milieu naturel. Plus généralement, introduisez les carpes herbivores ou filtreuses avec prudence, elles pourraient rapidement compromettre l’équilibre fragile de votre bassin.

Attention aussi à la surpopulation du bassin, au risque que le système de filtration ne suive plus, ou que vos poissons finissent par manquer d’oxygène. Certaines espèces de poissons telles que les Ides Mélanotes se nourrissent d’alevins et d’œufs de poisson et participent ainsi à maintenir l’équilibre du bassin. Renseignez-vous auprès de vos éleveurs locaux pour être sûrs de faire les bons choix !

Veillez à protéger vos poissons des prédateurs habituels, en particuliers chats et hérons. Il existe plusieurs moyens de protection plus ou moins visibles, invasifs et sophistiqués. Des filets, des capteurs de mouvement, parfois associés à des jets d’eau, ou simplement des éléments flottants réfléchissants dont les hérons se méfient.

L'été au bord d'un étang , guide pratique » Home Ardenne

Plantes aquatiques : à préférer, à éviter

Même si les plantes pourraient être plantées directement dans le sol du bassin, l’idéal selon nous reste quand même la plantation en paniers, de quoi contenir les plantes les plus envahissantes et leur apporter un substrat adapté et propre à chaque espèce.

De façon générale, évitez les plantes trop invasives telles que les lentilles d’eau, la canne de Provence, les renoncules d’eau, les jacinthes d’eau et l’élodée du Canada. En périphérie de bassin vous pouvez par exemple introduire les arums, les Carex (peu exigeants en entretien et de nombreuses variétés disponibles), les Sagittaires et les Iris. Aponogétons, Nymphéas, Lotus ou Nénuphars viendront fleurir le milieu de votre bassin.

N’hésitez pas à demander des conseils avisés chez nos professionnels 

L'été au bord d'un étang , guide pratique » Home Ardenne

Désormais, vous en savez plus sur l’aménagement d’un bassin d’ornement. Et si vous vous lanciez ?

Anne-Laure, Home Ardenne

126, array(1) { [0]=> string(3) "126" }