Maison passive, basse énergie, zéro énergie, quelles différences ? » Home Ardenne
Home Actualités Maison passive, basse énergie, zéro énergie, quelles différences ?

Maison passive, basse énergie, zéro énergie, quelles différences ?

PUB
Vous avez besoin d'un devis pour rénover votre maison ? Trouvez la bonne entreprise
Besoin de plus de visibilité sur Home Ardenne ? Découvrez nos solutions !
Maison passive, basse énergie, zéro énergie, quelles différences ? » Home Ardenne

A savoir

Conformément à une directive européenne, les différents gouvernements régionaux du pays ont élaboré une réglementation en matière de Performance énergétique et de climat intérieur des bâtiments (appelée PEB). Cette législation concerne toutes les constructions neuves ainsi que les rénovations de grande ampleur. Cela signifie que tous les nouveaux bâtiments doivent atteindre un certain niveau d’isolation thermique et de prestation énergétique. Le score que la maison obtient est exprimé au moyen de deux chiffres : la valeur K et le niveau E.

La valeur K indique le niveau global d’isolation (murs, toitures, sols, fenêtres) et ne peut dépasser 45. Plus cette valeur est faible, mieux la maison est isolée. Le niveau E donne une idée du degré de consommation total du bâtiment en terme d’énergie. La norme légale est de 100 (80 à Bruxelles) : plus le niveau E est faible, mieux c’est. Le niveau E se calcule sur la base de différents critères : isolation, étanchéité, approvisionnement en eau chaude, chauffage, confort en été, sources d’énergie renouvelables, compacité, utilisation de l’énergie solaire, ventilation.

Liens :
Réglementation dans les trois régions Belge

Maison basse énergie

Dans cet habitat, toutes les mesures ont été prises pour que la consommation d’énergie soit la plus basse possible : une isolation épaisse, ainsi qu’un chauffage, une production d’eau chaude et une ventilation peu énergivores…
On parle d’habitation basse énergie lorsque la consommation d’énergie pour le chauffage ne dépasse pas 60 kWh/m2 de superficie au sol/an (selon l’asbl Plate-forme Maison Passive), voire même 50 kWh/m2 de superficie au sol/an (brochure du Centre de la construction durable).
Le niveau E d’une maison basse énergie se situe aux alentours de 60, la valeur K autour de 30. Dans une maison basse énergie, la consommation se situe entre 50 et 60 % en dessous du niveau atteint par une maison classique.

Maison passive

Cet habitat est isolé à un point tel qu’un chauffage classique est superflu. C’est un investissement lourd au départ : triple vitrage avec une menuiserie particulière, une excellente étanchéité, une ventilation qui chauffe l’air frais amené de l’extérieur…
Cette maison est exclusivement chauffée par l’énergie solaire et la chaleur produite par ses occupants, leurs activités (faire la cuisine par exemple) et les appareils qui se trouvent dans la maison.
Le résultat est une maison qui, en terme de chauffage, ne consomme que 10 à 15 % d’énergie par rapport à une maison classique.
Le niveau E se situe aux alentours de 30, la valeur K oscille entre 10 et 20.

Liens :
La maison passive
Construction et réalisation d’une maison passive

La maison zéro énergie

Une maison zéro-énergie est une maison qui est autonome au niveau énergique, c’est à dire qu’elle autoproduit ses besoins en chauffage mais également ses besoins en électricité.
Une maison peut être zéro-énergie sur un bilan annuel et n’être pas en pratique totalement autonome tout le temps : elle produit alors un surplus d’énergie l’été qu’elle exporte sur un ou des réseaux, et consomme plus qu’elle ne produit l’hiver.

Liens :
La maison à énergie zéro

array(1) { [0]=> string(0) "" }