Sans le béton, pas de construction » Home Ardenne
Home Actualités Sans le béton, pas de construction

Sans le béton, pas de construction

PUB
Besoin de plus de visibilité sur Home Ardenne ? Découvrez nos solutions !
Vous avez besoin d'un devis pour rénover votre maison ? Trouvez la bonne entreprise
Sans le béton, pas de construction » Home Ardenne

Le béton sous sa forme actuelle est le fruit de décennies d’études et d’expérimentations. Pourtant, les Romains et les Egyptiens utilisaient déjà des matériaux semblables pour leurs constructions.

D’ailleurs, l’architecture romaine doit beaucoup à l’opus caementicium (du latin caementum = moellon, pierre brute). Cet ancêtre du béton était formé de mortier et de pierres de toutes sortes. Par sa solidité et sa rapidité de mise en œuvre et associé à d’autres matériaux tels que la brique, il a permis les prouesses architecturales que l’on connaît aux romains.

C’est au XIXème siècle que le béton connu les plus grandes avancées : Ces progrès furent amorcés en 1756. C’est à cette date que les chaux commencèrent à effectuer les meilleures prises. Les chaux sont obtenues à partir de calcaire et d’argile. Puis, à partir de 1812, l’on commença à caractériser les propriétés des différents ciments en fonction de leur proportion calcaire / argile. A partir de là, tout alla très vite. De nombreux scientifiques s’intéressèrent à ce nouveau matériau. Ainsi en 1824, fut créée la formule du ciment Portland. La production industrielle du ciment fut rendue possible moins de 30 ans plus tard.

Les premières constructions en béton ne tardèrent pas alors à être érigées. L’église St Jean de Montmartre à Paris est l’une des premières constructions en béton. L’architecte Anatole de Baudot a eu l’audace de construire entre 1894 et 1904 l’un des premiers bâtiments sacrés en béton armé. Il fut d’ailleurs sévèrement critiqué.

Sans le béton, pas de construction » Home Ardenne

Les différents bétons

Le béton armé :

Le béton armé est un matériau composite qui allie les propriétés mécaniques du béton et celles de l’acier (alliage de fer et carbone en faible pourcentage). La résistance en traction du béton étant assez mauvaise, on ajoute des armatures en acier qui viennent renforcer le béton. L’acier ayant une bonne résistance tant en traction qu’en compression, il compense les faiblesses du béton et retarde ainsi l’ouverture des microfissures qui apparaissent lorsque le béton ne résiste plus à la traction.

Le béton fibré :

Le béton fibré est un béton dans lequel sont incorporées des fibres synthétiques ou métalliques. Comme pour le béton armé, les fibres renforcent le béton. Il permet une plus grande rapidité et une plus grande facilité de mise en œuvre du fait de la suppression de la mise en place du ferraillage et une limitation de la fissuration grâce au grand nombre de fibres dispersées dans le béton.

Le béton précontraint :

Techniques qui consistent à tendre (comme des ressorts) les aciers constituant les armatures du béton, et donc à comprimer, au repos, ce dernier. Cette technique, relativement complexe, est généralement réservée aux grands ouvrages (comme les ponts) puisqu’elle nécessite la mise en œuvre de multiples et encombrantes machines.

Le béton projeté :

Le béton projeté est un béton qui est projeté à grande vitesse sur une surface au moyen d’air comprimée. La force de l’impact sur la surface compacte le matériau ce qui l’empêche de s’affaisser ou de couler. Le béton projeté a des propriétés similaires à celles d’un béton ordinaire de composition similaire, si ce n’est en fait qu’une méthode de mise en place différente. Cette méthode permet d’éviter l’utilisation des coffrages, elle ne nécessite qu’une seule surface de support et peut être utilisée sur des surfaces courbes et irrégulières.

Les bétons auto-compactant, auto-plaçant et auto-nivelant :

Ce sont des bétons très fluides, homogènes et stables, mis en œuvre sans vibration dans le coffrage, ils se mettent en place sans serrage. Ils se caractérisent par leur grande capacité d’écoulement sans altération de la stabilité, leur pompabilité et leur long maintien de la fluidité. Ils se distinguent des bétons courants principalement par leurs propriétés à l’état frais, compromis entre fluidité, résistance à la ségrégation. Ils présentent à l’état durci des performances analogues à celles des bétons traditionnels mis en œuvre par vibration.

Les autres bétons :

Suivant l’utilisation qui sera faite du béton, le fournisseur adaptera les quantités des différents matériaux qui composent le mélange. La formule ne sera pas la même pour un sol de garage que pour les murs d’une piscine ou pour le remplissage des fouilles d’une fondation. Votre fournisseur de béton préparé et prêt à l’emploi est un spécialiste et si vous lui donnez toutes les informations, il vous sera livré la marchandise qui convient le mieux à ce que vous allez réaliser.

Texte et photo : A.Dechamps
Infos : infobeton.be

Lire aussi :
Les fondations, en béton bien-sûr

array(1) { [0]=> string(0) "" }