Home Actualités Actus & tendances Se débarrasser des tiques dans son jardin naturellement

Se débarrasser des tiques dans son jardin naturellement

PUB
Besoin de plus de visibilité sur Home Ardenne ? Découvrez nos solutions !
Se débarrasser des tiques dans son jardin naturellement » Home Ardenne

 

La tique est un petit insecte parasite qui s’accroche solidement sous la peau pour aspirer le sang de sa victime. Pas douloureuse en soi, la morsure peut cependant avoir de graves conséquences à cause des bactéries qu’elle peut transmettre. On note aussi que la tique est un acarien, les allergiques doivent donc être particulièrement attentifs à ne pas se faire avoir. Pour s’éviter bien des tracas, on peut faire en sorte de réduire son habitat dans son jardin : voici nos conseils pour un jardin “tique-free” !

On tond régulièrement

Cette première étape est peut-être la plus importante de toutes ! En effet, les tiques raffolent des hautes herbes où elles peuvent se cacher et attendre calmement que leur victime s’y aventure. Cela est surtout dû au fait qu’elles apprécient particulièrement les environnements frais et humides qui leur permettent de proliférer.

Lorsque l’on tond, on ne permet pas à l’insecte de profiter d’un environnement qui lui est favorable, car une herbe courte a tendance à mieux laisser passer la chaleur et à être moins humide. De plus, puisque l’herbe est moins haute, il y a moins de surface de contact avec notre corps. La tique a donc bien plus de difficulté à atteindre une jambe et à trouver un endroit où s’accrocher.

Si vous n’aimez pas tondre et que la régularité laisse à désirer, optez pour un robot-tondeuse ! Ce dernier chouchoutera votre gazon tous les jours pour qu’il soit toujours à la bonne hauteur avant de rejoindre tout seul sa borne de recharge pour recommencer le lendemain.

Vous possédez un animal ou vous avez un enfant en bas-âge à la maison ? Pas de panique ! Il n’y a aucun risque car les robots-tondeuses sont tous équipés d’un détecteur d’obstacle : dès qu’il touche quelque chose, il part dans une autre direction sans que les lames n’aient le temps de faire des dégâts.

Cependant, veillez à laisser votre robot tourner la journée : cela évitera de blesser, voire de tuer les hérissons, qui sont trop petits pour être détectés par le robot-tondeuse mais qui, eux-aussi, luttent contre les tiques !

Pour les parterres, le paillis est votre ami

Dans les parterres, il n’est pas question de tondre les fleurs ! Il est donc inévitable qu’elles soient plus hautes. Si l’on n’a pas d’animaux, on peut relativiser puisque l’on ne s’aventure pas dans les fleurs décoratives, les risques sont donc moindres.

Cependant, dans le cas où on possède des animaux, il est plus que probable que ces derniers ne fassent pas de distinction entre jardin et parterres, et qu’ils se faufilent entre les plantes !

Ainsi, pour limiter la prolifération des tiques, on peut placer des paillis au pied des différentes plantes. Ceux-ci vont créer un habitat sec et chaud que l’insecte n’appréciera pas. Cela aura donc tendance à les faire fuir. De plus, cela ne nuira absolument pas à l’esthétique de votre jardin. C’est même un petit plus agréable !

Attention toutefois si vous avez des enfants, il vaut mieux qu’ils n’aillent pas jouer tout près au risque de tomber et de se planter de vilaines échardes dans les mains ou dans les genoux.

Sus aux mauvaises herbes !

Autre geste intéressant : la taille ou la coupe des mauvaises herbes. Et oui, ces dernières ont tendance à grandir démesurément, ou même à former des buissons dans certains cas. Les orties, par exemple, ont donc la fâcheuse tendance à créer des endroits dont les tiques raffolent car elles offrent un environnement frais, humide et abrité de la lumière.

Il faut donc être attentif à leur développement pour les arracher dès qu’elles pointent le bout de leur nez. Bien sûr, l’utilisation d’un désherbant est toujours possible, mais on choisira de préférence une solution naturelle qui ne nuira pas aux autres insectes : vinaigre blanc, eau de cuisson des pommes de terre ou du riz… Les remèdes de grand-mère sont moins cher et fonctionnent tout aussi bien !

Si vous êtes un amateur de soupe aux orties, soyez particulièrement attentifs lors de la coupe de ces végétaux, car vous pouvez facilement vous faire avoir par l’insecte parasite !

Découvrez notre article sur l’entretien de son jardin au savon noir !

On s’informe sur les habitats fétiches de l’animal

Comme on l’a déjà établi, la tique aime particulièrement les endroits humides et frais. Il va donc de soi qu’elle aime également l’ombre. On peut aussi lier l’arrosage excessif à la prolifération de l’insecte puisque cela maintient l’humidité ambiante de l’environnement. Il vaut donc mieux être attentif au fait que l’arrosage quotidien n’est pas forcément une bonne idée.

Cependant, la tique n’a pas seulement une préférence pour son environnement global : elle est également très friande de certaines plantes. En premier, on peut citer les genets. Cet arbrisseau peut devenir assez touffu et donner des petites fleurs jaune canari au printemps, tout en distillant un parfum agréable.

Autres plantes adorées par les tiques, les fougères et leurs grandes feuilles vertes représentent un habitat de choix. En effet, ces plantes partagent la préférence des tiques pour les sols frais, humides et ombragés. Ainsi, la probabilité de croiser une ou plusieurs tiques se baladant sur les feuilles d’une fougère est très haute.

Il vaut donc mieux éviter tout contact avec ces plantes, surtout lors de balades en forêt où il fait toujours un peu plus frais dû à l’ombre créée par les arbres.

Les répulsifs naturels à la rescousse

Si l’insecte possède ses endroits et ses plantes fétiches, sachez qu’il existe des plantes qu’il déteste ! C’est notamment le cas de beaucoup d’herbes aromatiques : thym, basilic, laurier,… Ces herbes possèdent bien des avantages : en plus d’assaisonner vos spaghettis, elles vont repousser les tiques, mais aussi attirer les insectes bénéfiques pour le jardin comme les abeilles, les syrphes et autres.

Pour ceux qui n’ont pas de potager ou qui préfèrent les plantes décoratives, notez que les tiques détestent également l’absinthe, le lantanier, le chrysanthème, la mélisse, le géranium et la lavande. Ces plantes aux odeurs particulièrement agréables (en tout cas pour la lavande et la mélisse) ont également une incidence bénéfique sur la population des insectes auxiliaires et pollinisateurs.

Pour les amateurs d’ombre, on va pouvoir s’abriter au pied d’un châtaignier ! En effet, cet arbre possède un curieux effet répulsif contre les tiques, mais aussi contre les autres insectes. Cela signifie donc qu’en plus d’être votre allié dans le jardin, le châtaignier peut être une bonne solution pour construire sa maison en ossature bois, ou pour construire une charpente car les insectes xylophages – insectes qui mangent du bois – ne s’y attaqueront pas.

Autre solution naturelle, les purins végétaux sont très efficaces pour éliminer les insectes tout en prenant soin de vos différentes plantes et de votre gazon. Il est possible d’en fabriquer à partir d’orties, de lavandes, d’angéliques, de prêles ou de consoudes.

Pour cela, on laisse macérer un ou deux kilos de plantes dans 10 litres d’eau, dans un récipient fermé. On remue une fois par jour jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bulles à la surface de l’eau. Cela prendra environ une à deux semaines. Après cela, il suffit de filtrer et c’est prêt !

Seul point négatif, faites attention à vos narines : l’odeur ne sera pas vraiment très agréable…

On adopte des poules

Tout animal possède son prédateur dans la pyramide alimentaire. Pour la tique, il y en a plusieurs. Lézards, autres insectes mais surtout poules et pintades ! Ces deux espèces de gallinacés vont en effet se régaler si elles tombent sur l’un de ces insectes. Le plus ? Les poules vous fournissent de jolis œufs bien goûtus. Vous pouvez donc en adopter pour les mettre dans votre jardin. Ce sera l’occasion de créer votre poulailler vous-même !

Mais quand la prévention ne suffit pas ?

Puisque, malgré tout, le risque zéro n’existe pas, il vaut mieux rester prudent et adopter les bons gestes.

Pour cela, on inspecte les enfants et les animaux lorsqu’ils ont fini de jouer dehors. On est complet dans sa recherche : les jambes ne sont pas le seul endroit où les tiques aiment mordre. Ainsi, on est particulièrement attentif aux articulations, car les tiques ont tendance à s’accrocher dans les moindres recoins.

Comment enlever une tique ?

La première solution est d’aller chez le médecin ou chez le pharmacien qui pourra le faire lui-même. Cependant, c’est tout à fait possible de le faire soi-même à l’aide d’une pince à épiler non coupante. La procédure est simple :
1) On met des gants si on a des plaies aux mains ou si l’on se ronge les ongles. Dans le cas où l’abdomen de la tique cède, cela évite la contamination par contact.
2) On place la pince autour de la tique en s’assurant d’être le plus proche de la peau.
3) On serre et on tire vers le haut, sans effectuer de mouvement de rotation ! On ne lâche pas tant que la tique n’a pas cédé en premier. Cela peut parfois être long et prendre jusqu’à une minute.
4) On désinfecte la plaie et on se lave soigneusement les mains.

Si la tête de la tique reste à l’intérieur, ce n’est pas grave car les bactéries sont contenues dans le sac. On désinfecte quand même la plaie et on attend : il devrait y avoir une petite infection qui guérira facilement.

Si la tique est toute petite et ressemble à un petit point noir, tant mieux ! Cela signifie que c’est une nymphe (une jeune tique) et elle sera plus facile à retirer.

Autre point important : il ne faut surtout pas endormir la tique avec de l’éther ou avec un autre produit car cela fait régurgiter l’insecte : le sang contenu dans le ventre se répandra dans la plaie et augmentera les risques d’infection puisque les bactéries se trouvent dedans.

Il est aussi possible d’acheter une pince à tiques spécialement conçue pour faciliter la procédure.

Que faire avec la tique ?

On évite de l’écraser pour ne pas répandre le sang n’importe où, on préfère donc la jeter dans les toilettes si on veut s’en débarrasser. Il est également possible de la conserver dans une petite boite hermétique ou dans de l’alcool à 90°. Cela permettra l’analyse de cette dernière en cas de complication.

On n’oublie pas de surveiller la plaie !

En effet, les tiques sont porteuses de nombreuses maladies, mais la plus connue est la maladie de Lyme qui peut être dangereuse pour la santé, voire mortelle. Ainsi, en cas d’apparition d’une auréole rouge qui s’étend ou en cas de symptômes grippaux, courrez chez votre médecin au plus vite !

Cependant, pas d’alarmisme : seules 10 à 20% des tiques sont porteuses de la maladie, et cette maladie est facilement traitable si vous êtes pris en charge à temps.

Différents traitements pour les animaux

Pour les animaux, il existe différents gestes qui peuvent être efficaces.

Le premier est un brossage régulier voire quotidien, cela permet de se débarrasser des tiques qui n’ont pas encore trouvé d’endroit où s’accrocher.

Ensuite, il existe des pipettes remplies de produits répulsifs qui agissent contre les tiques et contre les puces. Cette solution a l’avantage de durer quelques semaines, voire un mois ou deux dans certains cas.

Enfin, on peut aussi appliquer de la terre de diatomée sur le pelage du chien ou du chat. Cette solution est 100% naturelle car elle est à base d’algues et inoffensive pour l’animal mais mortelle pour la tique… et tous les autres insectes ! On évite donc de l’appliquer près des fleurs susceptibles d’être butinées par les abeilles ou les papillons.

Ces répulsifs vont s’infiltrer dans l’appareil respiratoire de l’insecte et infliger des micro-coupures qui finiront par le tuer.

En cas d’ingestion de la part du chien ou du chat, cela aura pour effet de tuer les parasites présents dans les intestins de l’animal.

Cependant, lors d’un usage intérieur, on recommande le port du masque car il vaut mieux ne pas respirer la poussière qui s’en dégage.

Alexandra, Home Ardenne

116, array(1) { [0]=> string(3) "116" }